Serge Lutens, un nez poète

J’aime les noms que Serge Lutens donne à ses parfums. Féminité du bois évidemment (merci, merci, d’avoir offert aux femmes un parfum au coeur de cèdre) mais aussi Bas de soie, Filles en aiguilles, Five O’Clock au gingembre. C’est tendre et chic.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s