« Coup de tête, une ôde à la défaite »

(c) REUTERS/ Christian Hartmann

Il avait reçu le prix Marcel Duchamp en 2006 mais le grand public n’avait jamais entendu parlé de lui. C’est chose faite. Avec sa sculpture géante devant Beaubourg, Adel Abdessemed s’est non seulement saisi d’une icône nationale (Zizou) mais aussi de son moment le moins glorieux, le fameux coup de boule à Materazzi.

Pour l’artiste, qui expose au Centre Pompidou du 3 octobre au 7 janvier, GROS coup de pub, verni d’une pseudo explication artistico-bobo, c’est une « ôde à la défaite » dit l’artiste. « Le regard de Zidane vers le sol nous rappelle celui d’Adam, chassé du paradis » dit le commissaire de l’exposition. Bah voyons. Tu te foutrais pas un peu de ma… tête ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s