Archives de Catégorie: Jeune Grand Voyageur

JGV chez Bouillon Chartier

Bouillon Chartier, une belle brasserie…

Si vous voulez voir des japonaises manger des escargots, des tablées d’anglo-saxons manger du foie gras, courrez chez Bouillon Chartier ! Un restaurant qui figure apparemment dans les guides touristiques du monde entier !

Dès 18h, ça défile non-stop dans ce restaurant ouvert depuis plus d’un siècle. Le décor vous emmène dans les années 50-60. Entrée, plats, fromages et desserts, faites votre choix parmi de nombreux classiques. Œuf mayo, carottes râpées vinaigrettes, steak haché frites et pêche melba en dessert. Vous pouvez faire également le choix de plats bien français ! Escargots, andouillette grillée ou museau de bœuf !  Les prix sont minis : entrées entre 1,80 euro et 8,60 euros (pour les escargots), un poulet-frite vous coûtera 8,70 euros et une pêche melba 3,50 euros. A ce prix-là ne vous attendez pas à un restaurant étoilé. Mais on mange bien, les portions sont copieuses. Une bonne cantine. A 8€ et quelques, le poulet-frites constitue une bonne alternative au fast-food et autre sandwiches.

… sans prétention

Allez manger vers 18h30-19h, parce qu’après il paraît qu’il y a la queue, il paraît.

Ensuite, pas loin vous avez le théâtre de Trévise, à 20h Warren Zavatta fait son one man show. Petit-fils d’Achille Zavatta, W. narre son enfance dans le monde du cirque, avec humour et cynisme. Un très bon moment.

Bouillon Chartier
7 rue du Faubourg Montmartre • 75009 Paris • Métro Grands Boulevards
Ouvert 7 jours sur 7, service continu de 11 h 30 à 22 h

Publicités

JGV : la politique du chiffre

Aujourd’hui pas de bons plans voyage. Juste quelques chiffres que j’avais envie de partager. Histoire d’être un peu rabat-joie c’est vrai.

Premier chiffre du jour :
Le budget publicitaire mondiale de 2011 pourrait éradiquer la faim dans le Monde pendant 38 ans. Un an de pub…

Deuxième chiffre du jour : Nous consommons en moyenne 3 496 litres d’eau par jour! Ouf.  10% de notre consommation domestique pour boire et faire la cuisine. Un tiers pour la chasse d’eau. Mais cette consommation domestique représente 137 litres par jour. Où se trouve alors les 3359 autres litres restant! 167 passent encore dans la consommation de biens industriels que nous achetons. Le reste, 3192 ( j’ai pas fait les calculs de tête!), sont engloutis par les biens alimentaires, et surtout la viande. En tête le bœuf: 1 kilo de viande nécessite 15400 litres d’eau. Un kilo de café? 18900 litres! Et les exemples sont nombreux…

Et last but not the least : En France, 2,1 millions de logements vacants. Pendant ce temps-là, 600 000 sdf.

Bonne journée à tous! :)

JGV ist ein Berliner

Jeune Grand Voyageur (aka JGV) voyage beaucoup et a décidé de nous faire partager quelques petits plaisirs de backpacker. Aujourd’hui, bons plans made in Deutschland.

Berlin… Capitale des nuits européennes, paraît-il… Si vous cherchez où dormir, ne cherchez plus. Le bon plan, c’est le East Seven Hostel ! Pas très loin à pied d’Alexanderplatz (là où Jason Bourne met à l’amende les équipes de la CIA dans le deuxième volet de ses aventures), situé près de la station Senefelderplatz sur la ligne U2 du métro berlinois, c’est vraiment le top des backpackers. Vous pouvez récupérer votre lit entre 15h et minuit, l’accueil est ouvert à partir de 07h, on y paye son petit-dej’. Deux euros pour pain, céréales, lait à volonté. Plus un café ou un thé au choix. Un bon petit déj’ pour avoir le ventre plein avant de partir à la découverte de la ville. L’accueil fait également office de bar, à des prix défiants toute concurrence. Un euro pour le soda dans sa bouteille de verre et deux euros la bière, à choisir dans leur sélection. Cet hostel offre un nombre de services importants : prêt d’adaptateur, de serviettes, de parapluies… Les douches et les sanitaires sont propres, et lavés deux fois par jour. C’est un détail pour certains, mais pour d’autres ça compte beaucoup ! Le prix des lits se situe autour de 22€, pas mal pour une capitale européenne.

Et si vous projetez de partir à Hambourg, seulement 300km de Berlin, 3h de bus, il existe aussi un bon plan là-bas : le Backpacker Sankt-Pauli. Un peu moins de service que dans le premier, encore que. Ici l’hostel dispose de son propre bar, l’accueil se fait d’ailleurs au comptoir. Les prix sont bas et vous êtes au cœur du quartier de Sankt-Pauli. LE quartier de Hambourg.

Pour plus d’infos :
http://www.eastseven.de/fr/
http://www.backpackers-stpauli.de/

EastSeven Berlin Hostel
Ammon & Schöpfel GbR
Schwedter Str. 7
10119
 Berlin

Backpackers St. Pauli GmbH
Bernstorffstraße 98
22767 Hamburg

Paye ton grille-pain !

Jeune Grand Voyageur (aka JGV) voyage beaucoup et a décidé de nous faire partager quelques petits plaisirs de backpacker. Aujourd’hui, on mange dans le Périgord…

Paye ton grille-pain ! C’est ce que je me suis dit en m’asseyant dans un restaurant de Domme, petite ville du Périgord Noir. Le resto ? Cabanoix et Chataîgne ! Une bonne adresse du routard Dordogne et Périgord 2012 ! Petit conseil d’abord, réserver même hors période touristique.

Après, tout est simple et bon. L’idée ? Des beaux produits, des recettes croquantes et gourmandes !

Entrée+plat+dessert : 29€.

Un petit apéro et du vin en plus, la note monte un peu, mais face à la qualité des produits on abdique.

Le menu vous permet de choisir tous les plats proposés à la carte sans supplément ( assez rare pour être souligné ). En entrée ? Du foie gras et uniquement du foie gras, décliné en 4 modes de cuissons : grillé à la fleur de sel, poché au Bergerac, cuit à l’Armagnac ( uniquement par la puissance alcoolique ) et cru ! Oui cru ! Du foie cru, avis aux courageux !

Le plus du resto ? Les grilles-pains mis à disposition pour griller le pain qui vient accompagner votre foie gras.

En plat ? Encore du foie gras si vous le souhaitez, ou du canard et d’autres viandes.

En dessert ? La cerise sur le gâteau ! Ou plutôt la fraise sur le sablé breton. Entre les deux, une mousse de chocolat blanc ( pas écœurante du tout ! ). Des fraises du Périgord, tellement bonnes qu’on les mangerait sans sucre ni autre. Sinon, il y a le fondant au chocolat, un classique direz-vous ! Mais là, il n’est pas surgelé, et accompagné d’une boule de glace fraise-citron. Et sur cette glace, le top du top. Non, pas de cigarette russe, pas de langue de chat ou autre.. Juste un fil de coca grillé ! Un fil de coca ? Celui de notre enfance, vous savez ce petit fil qui existait aussi à la fraise, à la pomme. Fallait y penser !

Cabanoix et Chataîgne
3 rue Geoffroy de Vivans
24250 Domme
05 53 31 07 11

RN Seven

Jeune Grand Voyageur (aka JGV) voyage beaucoup et a décidé de nous faire partager quelques petits plaisirs de backpacker. Aujourd’hui, on part à la découverte de la RN seven…

… ou plutôt la Rn7, cette route nationale (aujourd’hui déclassée en plusieurs départementales) qui fut le chemin du sud pour les vacanciers, les routiers et autres arpenteurs du macadam.

La nationale 7, c’est un peu la route 66 française. Alors bien sûr pas de désert du Nevada, de Death Valley et autre Bagdad Café. Mais ce même retour dans le passé en empruntant ses grandes lignes droites.

Des auberges, des restaurants et café abandonnés. La route RN7 a complètement scindé en deux des villages entiers, voire des fermes, séparant le corps de ferme des terrains. Mais quel plaisir d’être seul sur la route, d’être coincé derrière un camion ou un tracteur !

En plus en ces temps de crise, pas de péage à payer, l’essence est moins cher dans les stations-services des grandes surfaces qui jalonnent la route. Et pour se restaurer, les boulangeries ou les quelques restaurants et cafés qui subsistent. Là encore, c’est moins cher et meilleur que la bouffe qu’on peut trouver sur les aires d’autoroutes.

Bon allez, j’arrête le reportage style 13h de TF1 !

Kalimèra ! (Bonjour en grec !)

Jeune Grand Voyageur (aka JGV) voyage beaucoup et a décidé de nous faire partager quelques petits plaisirs de backpacker. Aujourd’hui, on part à la découverte de l’hospitalité crétoise.

On parle depuis des mois de la Grèce. Moins depuis quelques temps, présidentielle oblige. Mais les restaurateurs français, petits et grands, feraient peut-être bien de s’inspirer de certaines traditions grecques. Crétoises plus précisément. Lors d’un voyage en Crète, dans le sud de l’île, loin des stations balnéaires et des clubs de vacances de la côté noir, on a pu apprécié l’hospitalité grecque. Quel plaisir de se voir offrir le dessert. Oui oui vos papilles ne rêvent pas ! En Crète, dans la plupart des restaurants, on vous offre donc fruits ou gâteaux ! Et pour faire passer tout ça, une petite bouteille de raki crétois, différent du raki grec. Pas un verre ! Mais la bouteille complète.  Efkaristo ! (Merci !).

 Grèce générale !

 P.S. : La Crète ne vaut pas le détour uniquement pour cette petit tradition, mais également pour ses villages de pêcheurs, tout blanc et sans touriste ou presque (en septembre en tout cas !), ses tomates, son soleil, ses paysages, son calme et plein d’autres choses encore.