Archives de Tag: 104

Wonder Vintage Market

Ah le 104… Ses spectacles, ses journées foot, ses bd-concerts, sa librairie… Encore mieux que l’appartement Emmaus, le Wonder Vintage Market, un marché éphémère pour chiner meubles design, vêtements vintage, accessoires, bijoux, lampes, téléphones et sacs à main, des années folles aux années 80.

Wonder Vintage Market, au 104, 5 rue Curial, Paris 19ème. Les 1er et 2 décembre 2012, de 10h à 19. Plus d’info sur leur site.

Publicités

Jacques Gamblin au 104

Jacques Gamblin lit « La nuit sera calme », le récit autobiographique de Romain Gary, au 104. J’irai le voir pour trois raisons :
1. J’adore Jacques Gamblin ;
2. Romain Gary, j’ai jamais accroché (oh le gros mot, pas du tout politiquement correct !) alors peut être que Jackie va me faire changer d’avis ;
3. En 2008, la lecture du Journal d’Hélène Berr par Isabelle Carré au théâtre du Rond-Point était vraiment pas mal alors peut-être que la lecture d’un livre par un acteur est une formule qui marche bien.


Jacques Gamblin lit La nuit sera calme au 104 du 9 au 17 décembre à 20h30. Plus d’info sur le site du 104.

Concert dessiné au 104

Ce soir je serai au 104 pour un concert dessiné ! Un quatuor improbable qui réunira le guitariste Rodolphe Burger, le trompettiste Erik Truffaz et les auteurs de la BD Boboland, Dupuy et Barbérian. La musique (reprise de Joy Division, Rolling Stones, Bashung !) sera accompagnée de dessins projetés sur un écran en arrière-plan.

Le 104 c’est au 5 rue Curial dans le 19e, métro Riquet (ligne 7) ou Stalingrad (ligne 5). Le concert est à 22h30 et coûte 15 euros si tu as moins de 26 ans et 20 euros autrement.

Un festival au CentQuatre ou le sang chaud de Buenos Aires

Pendant trois jours, le 104 a décidé d’honorer à sa façon le tandem Paris-Buenos Aires 2011 avec ce pétillant festival de musique latine, «  las noches de Buenos Aires ». V. s’est immiscée pour vous dans les coulisses de cette première soirée intitulée « nuit OUF electro-cumbia ». Revivez l’ambiance d’une milonga au cœur de notre capitale !

Le challenge de ce festival ? Gonflé! Inviter musiciens et DJ tendances de la place argentine (regroupés sous le fameux label ZZK) pour nous initier à leurs musiques folkloriques sous des textures électroniques. Cette musique traditionnelle c’est la cumbia colombienne, construite par strates migratoires dès le XVIIème siècle : les tambours des esclaves africains, accompagnés plus tard par les flûtes indiennes, le tout relié par des paroles et mélodies espagnoles. Elle est rejointe par le Tango argentin deux siècles plus tard, alliance rythmique d’instruments à corde qui convulsa immédiatement les corps pour devenir cette fameuse danse à deux ou quatre temps.

Cette jeune génération s’est (enfin !) emparée de son histoire pour lui donner un nouveau souffle au travers d’une multiplicité d’expressions : la musique oui, mais conçue en connexion avec le cinéma, l’édition ou encore la peinture. Bref, une belle promotion des arts en perspective.

Résultat : un cocktail détonant aux sonorités inédites, et ce dans un cadre plus que propice. D’abord parce que le 104 permet de créer l’illusion d’un festival en plein air à lui tout seul : 39 000 m2où l’on se faufile allégrement entre des salles parfaitement insonorisées. Surtout, pour l’histoire, elle aussi « exotique »,  du lieu : de bâtiment religieux, il devint le service municipal des pompes funèbres sous l’effet des Républicains de la IIIème où chacun obtint le droit à une cérémonie. Sécuralisation funéraire qui s’est récemment transformée en sécularisation festive ! Je vous avais promis de l’exotisme…

Un public hétéroclite était au rendez-vous, du portenos old school, danseur assidu de tango, au teufeur avide de musiques enivrantes, le tout autour d’animations aussi insolites que tentantes : un salon de coiffure improvisé ; une tireuse de cartes allumée ; des tournois de babyfoot enflammés.

On commence par se mettre en appétit avec l’asado, LE barbecue latin, accompagné d’ampanados (sorte de friand) à la viande et de vin argentin. Même le stade de la digestion avait été pensé : juste en face, des bains chauds avaient été installés (prêt de maillot et peignoir assuré).

On se jette ensuite dans le bain scénique cette fois avec la techno-cumbia d’El Remolon, l’acoustique instrumentale de Tremor pour finir par le drum und bass de Luciano Supervielle. Même constat, pour trois ambiances différentes : une musique qui reflète l’histoire de ce continent multiculturel, qui a su faire des impérialismes des uns et des souffrances des autres une richesse sans concession. La magie opère : de l’instrumental au digital, du tango au trip-hop, l’improbable ne leur fait pas peur. Nous non plus.

Amis de la rive gauche, initiez vous à cet « open-space » d’un nouveau genre et culturellement assuré : allez y faire un tour que ce soit de jour pour une expo ou le soir pour y boire un verre sans éprouver le besoin d’être compressé pour s’amuser. Quant à ceux de la rive droite, ils n’ont déjà plus d’excuses, d’autant que le 104 a besoin de vous : face au flot d’événéments, les passants se font discrets…

Lieu puissamment ancré dans sa ville et son quartier, le 104 se refuse à toute étiquette pour se concentrer sur le seul développement d’un espace d’intérêt public accessible à tous, même ceux ayant l’offense de ne pas vivre en plein cœur de Lutèce.

Vous ignoriez ce fameux tandem ? Il est vraiment temps de vous abonner à la newsletter du blog de notre parisienne et de suivre les conseils branchés de Paris by V…

« Nuit de OUF » ou la passerelle rêvée pour vous laisser…et mieux vous retrouver sous des contrées lointaines : Paris by V. devient Chili by V. pendant un mois! La branchitude se mondialise…

Je vous laisse en compagnie d’El Remolon et l’un de ses derniers mix pour vous mettre dans l’ambiance à toute heure (vos voisins – ou vos boss vont adorer – si si) :

 

 Xo, Xo,

 V.

Pour plus d’infos : http://www.104.fr/  Le 104 se situe au 5 rue Curial dans le 19e, métro Riquet (ligne 7) ou Stalingrad (ligne 5). Il est ouvert du mardi au vendredi de 12h à 20h et le week-end de 11h à 20h + ouverture tardive les soirs de programmation