Archives de Catégorie: J’ai goûté

Métro resto dodo

3 grands chefs cuisiniers descendent dans le métro pendant 3 jours pour vous faire partager leurs meilleures recettes.

Alors si l’idée de la bouffe dans le métro ne vous dégoûte pas, rendez-vous à la station Miromesnil du 13 au 15 novembre, de 12h30 à 17h. Au menu : gnocchis caramélisés à la pomme, tartelette d’écrevisses et pomme verte, poulet au citron confit,…

Plus d’info sur ratp.fr

Publicités

JGV chez Bouillon Chartier

Bouillon Chartier, une belle brasserie…

Si vous voulez voir des japonaises manger des escargots, des tablées d’anglo-saxons manger du foie gras, courrez chez Bouillon Chartier ! Un restaurant qui figure apparemment dans les guides touristiques du monde entier !

Dès 18h, ça défile non-stop dans ce restaurant ouvert depuis plus d’un siècle. Le décor vous emmène dans les années 50-60. Entrée, plats, fromages et desserts, faites votre choix parmi de nombreux classiques. Œuf mayo, carottes râpées vinaigrettes, steak haché frites et pêche melba en dessert. Vous pouvez faire également le choix de plats bien français ! Escargots, andouillette grillée ou museau de bœuf !  Les prix sont minis : entrées entre 1,80 euro et 8,60 euros (pour les escargots), un poulet-frite vous coûtera 8,70 euros et une pêche melba 3,50 euros. A ce prix-là ne vous attendez pas à un restaurant étoilé. Mais on mange bien, les portions sont copieuses. Une bonne cantine. A 8€ et quelques, le poulet-frites constitue une bonne alternative au fast-food et autre sandwiches.

… sans prétention

Allez manger vers 18h30-19h, parce qu’après il paraît qu’il y a la queue, il paraît.

Ensuite, pas loin vous avez le théâtre de Trévise, à 20h Warren Zavatta fait son one man show. Petit-fils d’Achille Zavatta, W. narre son enfance dans le monde du cirque, avec humour et cynisme. Un très bon moment.

Bouillon Chartier
7 rue du Faubourg Montmartre • 75009 Paris • Métro Grands Boulevards
Ouvert 7 jours sur 7, service continu de 11 h 30 à 22 h

Faire ses courses en prenant son train

Casino se paie une belle campagne de pub pour son appli’ d’achat en ligne. Des panneaux disposés sur le parvis de la gare Lyon Part-Dieu exposent un florilège de produits Casino : yaourts, oeufs, fajitas, nouilles chinoises… A chaque produit correspond un flashcode qu’il suffit de scanner avec l’appli (téléchargeable sur l’Apple Store ou sur Google Play). Votre liste de courses est enregistrée en ligne et vous pouvez récupérer vos courses dans le magasin de votre choix seulement 2 heures après. Ah c’est beau la technologie.

Photomania culinaire

Dédicace à Barbe rousse qui ne comprend pas ce phénomène
(c) Soulcie, Télérama

Cours d’oenologie à la Bellevilloise

Alors que V. retourne à Dijon, la Bellevilloise et Cérès etc. organisent samedi 20 octobre 2012, comme tous les 3ème samedis du mois, une journée pour vinophiles amateurs. Au programme :

  • Initiation à la dégustation de 11h30 à 13h. Partie théorique: l’étude des processus de vinification des vins blancs et rouges. Partie pratique : les différentes étapes de la dégustation, comment évaluer objectivement un vin.
  • Focus sur un terroir de 13h30 à 15h. La région à l’honneur étant la Bourgogne, Pinot noir et Chardonnay seront de rigueur.

1 cours = 25 euros. Inscriptions obligatoires par téléphone au 01.46.36.07.07 ou par mail via resa@labellevilloise.com

Recherche carotte élancée et croquante pour défiler dans mon gosier

(c) Canal+

On parle beaucoup de la pression que les top models imposent aux adolescentes, cette folie d’être toujours la mieux fringuée, la plus jolie, la plus maigre. Mais parle-t-on assez de la pression esthétique imposée aux fruits et légumes ? C’est un vrai sujet (digne d’un article de JGV :).

Une tomate pas assez rouge parce qu’elle n’a pas assez mûrie (parce qu’on a eu un été pourri) ne sera jamais mise en vente dans les supermarchés. Une carotte qui aurait trois poils sur le pif ou qui aurait voulu se la jouer Beyoncé en développant un cul d’acier peut aller se rhabiller, elle ne sera pas bouffée. Cette dérive perfectionniste est à l’origine d’un immense gâchis quotidien. Chaque année l’équivalent de 850 millions d’euros de nourriture partent à la poubelle soit 6 fois le budget annuel des Restos du Coeur (JGV aurait définitivement du écrire cet article).

L’équipe de Canal+, révoltée, lance une opération coup de poing. Nom de code : Global Gâchis. Moyens mis en œuvre : un documentaire diffusé le 17 octobre, un site dédié et, leur Opération Cobra à eux (chacun ses classiques), le banquet des 5 000.

Un grand banquet gratuit « à base de fruits et légumes disqualifiés » (dixit le pitch de promo) qui aura lieu samedi 13 octobre 2012 à 13h sur le parvis de l’Hôtel de Ville. Au programme : un curry géant de légumes pour 5000 personnes (d’où le nom du « banquet des 5 000 »),des leçons de cuisine pour remettre à l’honneur les abats par Pierre Jancou et Yves-Marie le Bourdonnec, des recettes simples et bluffantes anti-gâchis par Louise Denisot (?) et Fred Chesneau (??), la rencontre avec des cochons « recycleurs » (???), des salades confectionnées en musique par Disco Soupe (????).

A vos bols… Trois, deux, un, prêts… Mangez !

Plus d’info sur : canaplus.fr

Paris by V. : l’hôtel Amour

Cette semaine, V. s’est rendue à l’Hôtel Amour, hôtel-bar-resto qui s’est donné comme challenge de marier nature, design et romantisme. Il s’agit du dernier bébé de Thierry Costes et (donc) d’un autre endroit bobo-branchouille que V. affectionne tant. Oui mais cette fois ça vaut le coup et voilà pourquoi.

Subjuguée par la photo de ce lieu dans un supplément spécial terrasses (tout un travail d’investigation de chroniquer), je décide de tester.

Déjà quand on s’arrête à la station Saint-georges, on se plait à s’y balader et on prend peu de risques de s’y déshydrater avec ses placettes de bars et ses petites rues résidentielles ponctuées de troquets colorés. Du bout de la rue Navarin, j’aperçois une enseigne rose kitch, genre white chapel vegasienne.

Quand on entre, intérieur de bistrot chic, tables polies et petits cadres dorés au mur. Là on se dit sympa mais déjà vu. Puis, en avançant, on est pris au dépourvu en apercevant un carré de brousse au fond du resto. On s’approche et on se retrouve au beau milieu d’un tableau de Scherfig, ne manque que ses tapirs. C’est un bijou de jardin dont les feuilles s’entortillent à l’infini autour des arbres. Mais n’ayez crainte, ce n’est pas l’Amazonie. On a l’exotisme et l’intimité réunis dans l’espace de quelques mètres carrés.

Par contre trouver la bonne formule pour y passer une charmante soirée peut-être un parcours du combattant. J’ai défriché le tout pour vous. La formule tip top c’est d’y aller pour 19h, par beau temps obv., de squatter immédiatement et sans possibilité de négocier les tables surélevées au fond du jardin car ce sont celles qui offrent le cadre le plus tranquille, les autres étant très rapprochées les unes des autres. Vous commanderez ensuite un verre de vin, vous aurez l’embarras du choix de couleur et de pays. Vous l’accompagnerez d’un bol de tarama au truffe et son pain toasty-moelleux.  A peine terminé, il vous faudra prendre la poudre d’escampette à 20 heures. Mais pourquoi ne pas faire durer le plaisir me direz-vous ? A partir de cet horaire, les tables sont dressées pour le restaurant et on retrouve ce côté bistrot ordinaire avec des plats tel que le poulet rôti ou la bavette mais proposés à un prix assez peu proportionnel. 

Maintenant je dis ça mais avec un nom et un cadre pareil, votre dulcinée ne vous en voudra pas de lui proposer d’y dîner (voire d’y dormir, chambres vintages et à thèmes au programme)…Dans ce cas, l’automne oblige à dresser véranda sur la terrasse afin que vous ayez le cadre et le chaud. Not so bad.

Je me la joue routard cette fois-ci, pas de photo, je laisse l’imaginaire travailler, c’est important pas seulement quand on est enfant, et vous laisse vous faire vos propres images en y allant. (ok, il faisait nuit quand j’ai eu l’idée de l’article et je suis une gogolito du tél). 

Hôtel Amour
8, rue Navarin
75009 Paris
Métro Saint-Georges
Tel : 01-48-78-31-80